Les derniers articles


Le timbre fiscal dématérialisé

Jusqu'à présent réservés aux titres de séjour et aux frais d'appel d'une décision de justice, le timbre fiscal dématérialisé est depuis peu disponible pour les passeports.

Il se présente au choix sous la forme d'un document pdf, d'un code QR (code barre en deux dimensions) ou d'un code à 16 chiffres transmis par sms.

Ce timbre fiscal dématérialisé est valable six mois, n'est pas nominatif et est remboursable pendant un an.

Son prix est identique à celui du timbre papierdisponible auprès des buralistes, ce qui pose la question de la part qui leur est reversée, une somme qui représente neuf cent millions d'euros annuels.

La procédure sera étendue aux cartes nationales d'identité et aux permis de conduire d'ici 2016.



source: numerama

timbres.impots.gouv.fr les timbres fiscaux dématérialisés
Ajouter un commentaire
Voir les articles de la catégorie : Petites histoires d'Internet


Réunion publique Station Sport Nature

Réunion sur le projet Station Sports Nature : pôle Fort du Portalet et Mâture.
Pour informer, demander l'avis de la population...

Mercredi 4 mars à 14h à la mairie de Borce

Ajouter un commentaire
Voir les articles de la catégorie : Communication inter-habitants


Numérique: qui paiera la facture de la fracture ?

À l'occasion de la récente publication du palmarès 2015 du label « villes internet », dont l'appelation évolue pour « Territoires, villes et villages Internet », voici un petit retour depuis 2013 au travers de trois articles publiés sur zdnet sur la situation du numérique au sein des collectivités locales.

Le label « villes internet » c'est l'équivalent du label bien connu « villes et villages fleuris » mais pour le numérique. Créé en 1999 et décerné aux collectivités locales qui mettent en oeuvre une politique publique numérique locale, bien qu'à mon avis ce label soit insuffisant il sert d'indicateur de l'implication des collectivités dans le monde numérique.

En 2013, malgré un bond dans les attributions du label, force était de constater que seule une petite minorité des collectivités locales s'impliquent dans le numérique. Parmi les attentes on peut citer une communication bidirectionnelle au lieu d'un simple journal municipal en ligne, des accès internet gratuits, des consultations des citoyens par voie électroniques, des cartes interactives et tous ces usages auxquels l'internaute citoyen s'est habitué au cours des 10 dernières années.

En 2014, force est de constater que la fracture numérique entre citoyens et collectivités est bien installée et qu'elle s'agrandit. En dix ans les citoyens sont devenus des internautes, passant de 12 millions en 2001 à plus de 40 millions en 2013, tandis les collectivités sont déconnectées de la réalité d'internet. Le nombre de collectivités dotées du label « villes internet » n'a que peu évolué depuis 2004, et celles qui sont labéllisées stagnent ou auraient dû régresser. Les labels arborant 4@ et 5@, les seuls indiquant une implication notable dans le numérique, couvrent moins de 6% de la population. Tandis que les citoyens ont adopté massivement le numérique, pour la très grande majorité des élus le numérique n'est malheureusement toujours pas à l'ordre du jour.

En 2015, c'est une autre fracture numérique qui est mise en avant, celle-ci concerne les collectivités avec d'un côté une minorité passée au numérique avec succès depuis un certain temps et qui ne cesse de s'améliorer et de l'autre l'écrasante majorité des retardataires qui n'ont pas encore franchi le pas, ainsi que celles dont l'effort n'est pas à la hauteur des attentes.
Alors que les critères d'obtention des 4@ et 5@ augmentent (promotion des usages d'internet, facilitation des échanges entre citoyens et d'interpellation entre élus et citoyens, promotion du logiciel libre, lutte contre la fracture numérique,...), les meilleurs vont bien au delà, creusant d'autant plus l'écart avec les retardataire. Le numérique est sans conteste une nécéssité pour l'attractivité ou à défaut la survie des territoires, ce qui se traduit par l'appartion d'un nouveau vecteur de mobilisation en faveur du numérique: la peur de disparaître.

Ces fractures ne vont pas se résorber toutes seules et plus le temps passe plus l'addition va être salée. Alors que l'état investit 20 milliards d'euros dans le plan France très haut débit qui va déterminer le futur numérique du pays, doit on s'inquiéter que l'on fasse reposer la réussite du projet sur des élus qui maintiennent leurs territoires à l'état de désert numérique ou qui gaspillent l'argent public dans des délégations de service publique et réseaux d'initiative publique, qui comme nous l'explique Benjamin Bayart dans la conférence Fibre Optique : comment ruiner une bonne idée..., relèvent de la subvention déguisée aux gros opérateurs nationaux et sont autant d'obstacles au développement numérique des territoires ?

Pour moi, il est clair que si nous citoyens ne faisont rien alors rien ne changera et c'est notre rôle de citoyens d'interpeller nos élus pour les pousser à agir, à engager la collectivité dans le numérique et à défendre un aménagement du territoire qui favorise le développement local à l'image du 'schéma directeur de l'aménagement numérique porté par Ardèche Drôme Numérique qui évite les écueils de celui qui est actuellement proposé pour les Pyrénées Atlantiques.


source: zdnet.fr
- Villes internet 2013 : vivez vous sur un territoire numérique... fleuri?
- Des citoyens connectés, dans des villes déconnectées de la réalité d'Internet
- Villes internet et déserts numériques, la fracture s'agrandit-elle?

Ajouter un commentaire
Voir les articles de la catégorie : Petites histoires d'Internet


Fermeture du Parc'Ours

Bonjour à tous,
Nous sommes au regret de vous informer de la fermeture à nouveau du Parc'Ours suite aux fortes pluies de ces deux derniers jours.
En effet nous déplorons, comme sur l'ensemble de la vallée d'Aspe, nous en sommes malheureusement bien conscients, de gros dégâts (chutes d'arbres, éboulements, inondations, destructions de clôtures...) qui ont transformé Parc'Ours en "Aqua Parc'Ours"...alors toute l'équipe du Parc'Ours a de nouveau remonté ses manches, sorti ses bottes, les pioches...et avec le sourire...on continue l'aventure, pressée de retrouver notre ami le soleil pour ré-ouvrir nos portes!
Vous remerciant par avance de bien vouloir faire circuler l'information autour de vous et souhaitant bon courage à chacun d'entre vous en cette période hivernale pluvieuse!
Cordialement.

Parc'Ours

Ajouter un commentaire
Voir les articles de la catégorie : Parc'Ours


Appel à la générosité

Maurice Larrouturou, ancien du foyer clair matin est en difficulté avec sa petite société de courant faible par manque de commandes. Il va perdre sa maison de mourénx. France bleu à fait appel pour l'aider. À mon tour je fais appel pour aider Maurice très connu à Borce et en vallée .je fais appel à votre générosité. Je vous remercie pour un petit geste. Maurice Larrouturou 18 rue maréchal joffre 64150 mourénx René rose

Ajouter un commentaire
Voir les articles de la catégorie : Communication inter-habitants


Ré-ouverture du Parc'Ours
Ré-ouverture du Parc'Ours

Bonjour à tous,
Après 1 semaine de neige, suivi de 15 jours de pelle, de béton, de clôtures...pour réparer les dégâts post-avalanches, Le Parc'Ours est heureux de vous ré-ouvrir ses portes à compter du samedi 21 février 2015, 10h.
Nos chemins étant encore partiellement enneigés et nos marmottes hibernant, les tarifs d'entrée au Parc'Ours seront exceptionnellement pour toute la durée des vacances d'hiver des 3 zones (soit jusqu'au 8 mars 2015 inclus) de 6.90 euros pour les adultes et de 5.90 euros pour les enfants.
Espérant ainsi vous accueillir nombreux dès ce week-end !
A très bientôt !
L'équipe du Parc'Ours

Ajouter un commentaire
Voir les articles de la catégorie : Parc'Ours


webcam
webcamHaute AspeHaute AspeHaute Aspe
Météo Haute Aspe --°
1 connecté(s)